Promenade historique

Promenade historique à travers Stetten am kalten Markt et ses communes rattachées

Informez-vous sur les monuments historiques, découvrez l’histoire de Stetten am kalten Markt et de ses communes rattachées.

Il suffit de cliquer sur la commune souhaitée pour accéder à toutes ces informations.

 

 

 

Stetten am kalten Markt

 

  1. Mairie / ancien château
  2. Auberge historique Kreuz
  3. Eglise paroissiale St. Maurice
  4. Presbytère catholique
  5. Maison à colombages Bubser
  6. Collège Joachim
  7. Ancien bâtiment administratif
  8. Maison Schuler
  9. Eglise paroissiale évangélique/Eglise du souvenir d’Hindenburg
  10. Chapelle du cimetière
  11. La chapelle des trois coups de pied

 

Néolithique à début mésolithique : premiers signes de colonisation découverts dans le sol

Civilisation de Hallstatt, 800 à 600 av. JC : Des poteries celtiques découvertes dans toute la commune

Période La Tène, 200 à 100 av. JC : Découverte d’une sépulture avec le squelette d’une femme celtique parée de ses bijoux

Epoque romaine, fin du Ier siècle : objets de céramique et autres traces significatives

Epoque des Alémans, 600 à 700 découvertes à Frohnstetten et à Stetten am kalten Markt de tombes datant des Mérovingiens

799, avant le 1er septembre. Première citation écrite. Le comte Gerold, dans un acte, cède le lieu « Stetten by Kaltenmark » à l’abbaye bénédictine de Reichenau. Le comte Gerold est le beau-frère de Charlemagne, car sa soeur Hildegard est devenue l’épouse de Charlemagne en 771.

De 1283 à 1342, Stetten am kalten Market est mentionné pour la première fois en 1283 comme propriété du comte Albrecht II de Hohenberg.

1381 Le Comte Rodolphe III de Hohenberg vend le comté de Hohenberg à Léopold III d’Autriche. Début de la souveraineté de l’Autriche qui a plein pouvoir sur Stetten am kalten Markt.

1432 Début de l’époque des seigneurs de Hausen. Merklin von Hausen zu Hausen, oncle de Agathe von Magenbuch, lui achète Stetten am Kalten Markt, Nusplingen et le le château Schmeien.

1470 à janvier 1473 Le comte Eberhard le barbu de Württemberg conquiert le château de Hausen. Eberhard von Hausen doit fuir vers le village de Hausen. Le château et Stetten am kalten Markt seront occupés pendant 3 ans

Le 6 février 1495 A Neidingen, Sixt von et zu Hausen reçoit de l’empereur Maximilien le privilège pour lui-même et ses héritiers de construire un moulin (moulin à sorts). Sixt von Hausen décède en 1549, son fils Veit Georg von Hausen succède.

1566 Son fils « Joachim von et zu Hausen et Stetten zum Kaltenmarkht » prend sa suite.

1597 L’empereur Rodolphe II confirme à Joachim von Hausen (l’Ancien) le droit de sceller avec de la cire rouge et le place, ainsi que ses héritiers et ses sujets, sous la protection directe de l’empereur.

Le 9 novembre 1622 Joachim von et zu Hausen et Stetten am kalten Markt meurt à l’âge de 90 ans environ, il est enterré dans la crypte.

1622 Son fils Joachim von und zu Hausen, Herr zu Stetten am kalten Markt lui succède, depuis 4 ans c’est la guerre.

1624 Joachim von Hausen construit une nouvelle grande église paroissiale Saint-Maurice. La tour de 1275 est préservée.

28 avril 1635 Un acte accorde à Stetten am kalten Markt la compétence pour le bâton, la potence et le droit de vie et de mort. La même année, Joachim von Hausen est nommé baron.

1618 à 1648 La « guerre de trente ans » sévit dans la seigneurie surtout de 1633 à 1635, depuis 1634 il y a aussi la peste. Environ la moitié de la population meurt.

9 novembre 1648 Quelques jours seulement après la paix de Westphalie, le baron Joachim von Hausen meurt à l’âge de soixante-dix ans. Il est le dernier des Hausen (depuis 216 ans).

1648 Joachim von Hausen nomme son neveu Baron Berthold von Stain zu Klingenstain, Herr zu Krumbach et Waldsberg comme son successeur. La seigneurie est lourdement endettée par la guerre. Il décède en 1655 sans héritiers.

1652 La seigneurie est administrée en fiducie.

1667 La maison Habsbourg d’Autriche est le plus important créancier et achète le domaineHausen et Stetten am kalten Markt.

1669 à 1735 Pendant ce temps, la seigneurie appartient aux comtes Fuggern ou plutôt comtes impériaux de Kirchberg et Weißenhorn.

1756 à 1802 Schenk, comte de Castell, engage le domaine à l’abbaye cistercienne du monastère de Salem, mais n’encaisse pas le gage, de sorte qu’il reste en la possession du monastère.

Décembre 1802 Accord de sécularisation avec la Maison de Bade qui acquiert le domaine de Stetten am kalten Markt. Le margrave Karl Friedrich laisse la propriété à ses fils.

1813 Stetten devient avec d’autres possessions, propriété du comté de Langenstein.

1848/49 La révolution de Bade a peu d’influence sur Stetten am kalten Markt car le comte de Langenstein est très tolérant.

De 1826 à 1849 Stetten am Langenstein Market est le siège du bureau de district.

1849 Met fin au règne des Langenstein. Les comtes Douglas-Langenstein y ont toujours des propriétés foncières.

1910 à 1913 Construction de la zone d’entraînement militaire de Bade et du camp militaire Heuberg. Beaucoup de parcelles ont été achetées pour cela.

1914-1918 Première guerre mondiale, l’économie est en plein essor et il y a beaucoup est en constructions. Vers la fin de la guerre, un camp de prisonniers est en construit.

1918 Le Traité de Versailles interdit l’utilisation du camp. De 1920 à 1933, le camp est utilisé par le « Maison de convalescence pour enfants Heuberg e.V. ».

Mars 1933 Le régime nazi établit un camp de concentration pour les penseurs politiques dissidents qui seront transférés à Ulm à la fin de l’année.

1938 Nouvelle construction de l’église protestante selon les plans de l’architecte, le professeur Bartning. Elle s’appellera « Eglise du mémorial de Paul von Hindenburg ».

1939 à 1945 Seconde guerre mondiale : le camp devient de plus en plus grand et beaucoup de divisions d’États amis y sont formées. Déploiement du « Bataillon punitif 999 »

Le 1er mars 1945, une fusée pilotée du projet « Natter »est lancée pour la première fois.

22 avril 1945 Reddition de la commune aux forces d’occupation françaises. 20 000 Russes attendent dans le camp leur évacuation.

Nouveau départ en 1956 La Bundeswehr est à nouveau présente.

1960 Le site reçoit le statut de garnison. Lil en résulte la nouvelle Albkaserne. De nombreux bataillons y sont stationnés. Les forces armées françaises y ont également leur emplacement.

1973 Entrée en vigueur de la réforme du district du pays de Bade-Wurtemberg : la commune appartient maintenant au district de Sigmaringen et donc à la région administrative de Tübingen après le sud du Wurtemberg / Hohenzollern. L’ancien district badois de Stockach est dissous.

1975 La réforme municipale est terminée, les communes de Glashütte et de Frohnstetten sont intégrées à Stetten am kalten Markt.

À partir de 1990 En raison de la réunification de l’Allemagne, les forces armées sont constamment réduites. En 1997, le camp français et le 3ème régiment de dragons ont été dissous.

L’année 2000 est caractérisée par une restructuration majeure de la Bundeswehr. En raison d’une forte réduction des effectifs, de nombreux camps sont remis en cause. Stetten am kalten Markt sera bien préservé en raison de son économie et de la nécessité de rester un employeur pour la commune et la région.

Frohnstetten

 

  1. Église paroissiale Saint-Silvestre
  2. Hilb (Bassin de rétention des eaux de pluie)
  3. Ancienne mairie
  4. Rangs de tombes alémaniques
  5. Chapelle Sebastian
  6. Maison communale « vieille école »
  7. Station de pompage / Fontaine

 

842 Première mention écrite. Dans le traité de Salomon avec le monastère de Saint-Gall, le fief sera légué au monastère de Saint-Gall. Depuis le Moyen Âge, il appartient à la seigneurie de Straßberg. Le comte Heinrich von Hohenberg redonne le fief au couvent séculier de Buchau.

1345 La princesse-abbesse Anna transmet le fief à Rudolf von Reischach. Il s’ensuit un changement de propriétaire fréquent.

1532 Dietrich Dieteg de Westerstetten acquiert le château et Straßberg ainsi que le hameau Frohnstetten. Pendant quelques générations, le fief de Straßberg reste dans la famille des Westerstetten.

1617 L’église paroissiale de St. Silvestre est achevée par Georg Dietrich von Westerstetten et son épouse Barbara, née Schenkin von Staufenberg. Le retable du maître-autel est l’œuvre du peintre baroque Saulgau Johann Caspar Coler.

1632-1635 La guerre de trente ans avec les Suédois et la peste sévissent. A cette époque, le hameau de Weinitz revient à Hardt, qui a érigé une chapelle en l’honneur de Saint-Sébastien, saint protecteur de la peste.

1802 Grâce à la sécularisation, le redoutable livre des religieuses de Buchau est supprimé, Straßberg et Frohnstetten sont attribués à la maison princière Thurn und Taxis.

1806 La maison princière Thurn und Taxis doit céder son indépendance politique à la maison princière Hohenzollern de Sigmaringen.

1835 Aux termes d’un contrat d’achat, les droits de seigneurie sont également accordés à la maison Sigmaringen.

1849 Avec le traité d’État, la terre de Hohenzollern est intégrée au royaume de Prusse.

1925 Frohnstetten appartient au district de Sigmaringen et donc aux possesions Hohenzollern

1933 à 1945 L’époque du régime nazi n’apporte aucun événement particulier. Le développement est comparable à celui de Stetten am kalten Markt.

Après 1945 : Vers la fin de la guerre, de nombreuses familles bombardées arrivent au village. L’occupation française se passe sans heurts. Frohnstetten connaît la reprise avec des succursales de l’industrie textile, qui emploient principalement des femmes.

1975 En raison de la réforme des communes, Frohnstetten est rattachée à la commune de Stetten am kalten Markt.

Nusplingen

  1. Chapelle Saint Martin (Chapelle des Trois Rois)

 

842 Première mention écrite Salomon et sa mère Meginrada lèguent leurs biens au monastère de Saint-Gall.

889 Première mention de la chapelle Saint-Martin et de Léo. Depuis des générations, la fête patronale est célébrée le jour de la « Sainte Épiphanie », puisqu’un ancien retable gothique représentant l’Adoration des mages est maintenant érigé à l’âge de la majorité.

À partir de mai 1342, Common History se vendit sous le nom de comte Heinrich von Hohenberg Nusplingen avec Stetten am Cold Market aux seigneurs de Jungingen.

1936 L’ancienne communauté indépendante est incorporée de force à Stetten par le régime nazi.

 

Oberglashütte

 

  1. St. Eligius Kapelle

 

Glashütte n’a jamais été une commune indépendante car rattachée à la paroisse de Sainte-Maurice en tant qu’église secondaire et son l’histoire est toujours liée à celle de la paroisse de Saint-Maurice. Il faudra quelques siècles pour que son autonomie lui soit accordée. Son nom est dû à l’existence d’une verrerie, il y a l’ancien village Glashütte le bas et le nouveau Glashütte le haut.

1469 Première mention écrite : Eberhard von Hausen délivre une lettre de remise pour sa femme Martha, née von Suntheim, dans laquelle Glashütte est citée.

1566 Dans le testament de Veit Georg de et zu Hausen, il est stipulé au point 8 que chaque maître de forge de la verrerie doit fournir les deux châteaux en produits verriers.

1585 Pour la première fois dans la paroisse Saint-Maurice de Stetten am kalten Markt, il est fait mention des hameaux de Glashütte le vieux et Glashütte le neuf.

Au 18ème /19ème siècle

1737 Dans le livre de comptes de la chapelle Saint-Judas Thaddû de Glashütte le bas, les revenus et les dépenses y sont déjà mentionnés. La chapelle est la propriété de l’église.

1894 À Glashütte le bas, la chapelle Saint-Judas Thaddû est agrandie et reconstruite. L’inauguration a lieu le 29 novembre.

Au milieu du XIXe siècle, Glashütte le haut construit également une chapelle dédiée à Saint-Eligius, qui appartient cependant à la commune.

1932 Le  » Steighöfe « , un quartier qui appartient à Neidingen, est rattaché à la commune de Glashütte.

1975 lors de la réforme des communes, Glashütte est rattachée à Stetten am Kalten Markt.

Storzingen

 

  1. Presbytère catholique
  2. Eglise Paroissiale Saint Zénon
  3. Ancien moulin

 

843 : Première mention écrite : Le propriétaire foncier Adalhart et son épouse Swanaburg fait don du lieu au monastère de Saint-Gall

1147 L’église paroissiale de Saint-Zénon est déjà mentionnée dans les possessions du monastère cistercien de Salmannsweil / Salem.

1160 L’empereur Frédéric Ier de Staufen (« Barbarossa ») place la ville et l’église paroissiale sous sa protection.

1212 Burkard von Weckenstein, un noble du château du même nom au-dessus de Storzingen, acquiert sur le district « forêt » (nom de la forêt communautaire actuelle et du monastère) un terrain avec une église et fait don d’un monastère cistercien à ses deux sœurs.

Entre 1212 et 1534 : Changements fréquents de seigneurs féodaux, puis depuis 1419 fait partie de la seigneurie Jungnau.

1534 La souveraineté des terres passe à la maison des comtes de Fürstenberg de la lignée Heiligenberger, dont la famille obtient le statut de prince impérial en 1664. Jusqu’en 1806, les princes de Fürstenberg, qui siègent maintenant à Donaueschingen, en sont les souverains.

1603-1605-1624 Le presbytère, construit en 1603, est à nouveau détruit par un incendie en 1605. Il est reconstruit en 1624 par le pasteur Oeser à ses propres frais.

De 1618 à 1648, la guerre de Trente ans fait des ravages dans les années 1632-1635. La peste fait particulièrement rage ici. Sur les 29 ménages, il restait neuf ménages avec trois agriculteurs et six mercenaires.

1758 Le pasteur Johann Christoph Zembroth fait construire une nouvelle église dotée d’installations précieuses à ses propres frais. Il meurt en 1774 à l’âge de 80 ans.

1766-1767 Le successeur, le pasteur Josef Fidel Karle de Sigmaringen, fait don du vieil autel et des autels latéraux avec les précieux tableaux du peintre Meinrad von Au.

1806 La seigneurie Jungnau revient à la maison Hohenzollern de Sigmaringen.

1925 Storzingen appartient au district de Gammertingen et plus tard au district de Sigmaringen.

1933 à 1945 et après 1945 La période nazie, la fin de la guerre et l’occupation se déroulent comme à Stetten am kalten Markt.

1972 Storzingen est rattaché à Stetten am kalten Markt.

Unterglashütte

  1. Chapelle Saint Judas Thaddeus

 

Glashütte n’a jamais été une commune indépendante car rattachée à la paroisse de Sainte-Maurice en tant qu’église secondaire et son l’histoire est toujours liée à celle de la paroisse de Saint-Maurice. Il faudra quelques siècles pour que son autonomie lui soit accordée. Son nom est dû à l’existence d’une verrerie, il y a l’ancien village Glashütte le bas et le nouveau Glashütte le haut.

1469 Première mention écrite : Eberhard von Hausen délivre une lettre de remise pour sa femme Martha, née von Suntheim, dans laquelle Glashütte est citée.

1566 Dans le testament de Veit Georg de et zu Hausen, il est stipulé au point 8 que chaque maître de forge de la verrerie doit fournir les deux châteaux en produits verriers.

1585 Pour la première fois dans la paroisse Saint-Maurice de Stetten am kalten Markt, il est fait mention des hameaux de Glashütte le vieux et Glashütte le neuf.

Au 18ème /19ème siècle

1737 Dans le livre de comptes de la chapelle Saint-Judas Thaddû de Glashütte le bas, les revenus et les dépenses y sont déjà mentionnés. La chapelle est la propriété de l’église.

1894 À Glashütte le bas, la chapelle Saint-Judas Thaddû est agrandie et reconstruite. L’inauguration a lieu le 29 novembre.

Au milieu du XIXe siècle, Glashütte le haut construit également une chapelle dédiée à Saint-Eligius, qui appartient cependant à la commune.

1932 Le  » Steighöfe « , un quartier qui appartient à Neidingen, est rattaché à la commune de Glashütte.

1975 lors de la réforme des communes, Glashütte est rattachée à Stetten am Kalten Markt.